Comment savoir si on est allergique à l’arachide ?

Chaque année, l’allergie à l’arachide ou aux cacahuètes touche des millions de personnes dans le monde. Cette légumineuse est composée de nombreuses molécules, notamment allergisantes, qui expliquent l’allergie fréquente et presque fatale. Elle atteint de plus en plus les enfants que les grandes personnes. Bien différente d’une intolérance alimentaire, elle implique le système de défense immunitaire.

Les facteurs de risques et les causes de l’allergie à l’arachide

Aujourd’hui, de nombreux aliments transformés ou industriels contiennent de l’arachide sans le savoir. Après l’œuf, l’allergie à l’arachide est la plus fréquente chez les enfants. Le plus souvent, cette réaction se développe, suite à la sensibilisation au contact précoce d’un très jeune bébé, même d’un fœtus in-utéro, par l’alimentation d’une mère. Cette sensibilisation se fait par la consommation des laits infantiles qui contiennent de l’huile d’arachide. Pour une meilleure montée lactée, la mère consomme parfois, en grande quantité, des arachides ou de leurs dérivés. Or, en dessous de trois ans, un bébé a un système immunitaire et un système digestif qui sont encore immatures. L’administration d’une solution vitaminique huileuse et l’application des crèmes cutanées, qui contiennent de l’huile de cacahuète, sont aussi d’autres facteurs. Il existe de prédisposition familiale qui augmente les risques d’allergie chez un enfant, quant au moins, l’un de ses parents souffre d’une allergie à l’arachide. Il est à noter que les enfants atteints de rhinite allergique et d’eczéma sont davantage à risque d’asthme. Pour plus d’informations sur l’allergie à l’arachide, veuillez visiter ce site objectif-minceur.fr.

Les symptômes d’une allergie à l’arachide

Parfois, l’organisme réagit d’une manière disproportionnée quand il est au contact de certains aliments ou certaines substances. Dans le cadre d’une allergie alimentaire, la première prise d’une nourriture contenant de l’arachide ne produit aucun symptôme, pourtant, votre organisme est déjà sensibilisé. À partir du second contact de l’aliment, l’allergie se déclenche, accompagnée des manifestations inflammatoires sur la peau et au niveau de l’intestin. Dans la plupart des cas, les symptômes d’une allergie à l’arachide sont d’origine intestinale. Au premier contact, les réactions inflammatoires se présentent par des nausées, des vomissements et une diarrhée. L’allergie peut s’exprimer également par des poussées d’urticaires très fréquentes. Elles apparaissent surtout au niveau du dos et du torse du patient, accompagnées d’intenses démangeaisons aux bouts des membres. Les lèvres et le visage s’enflent. La voix s’altère et les oreilles deviennent cramoisies. Une chute de pression artérielle, un trouble de rythme cardiaque, ainsi qu’un essoufflement et une perte de conscience peuvent survenir. Dès l’apparition de ces derniers signes, il faut emmener d’urgence, le malade chez un allergologue ou à l’hôpital le plus près. Il est à noter que cette allergie, provoquant de choc anaphylactique, entraîne un décès si on ne la prend pas en charge rapidement.  

Les traitements d’une allergie aux arachides

Jusqu’à maintenant, aucun traitement ne permet encore de guérir totalement une allergie à l’arachide. La seule solution est l’immunothérapie, une désensibilisation orale. Elle consiste à administrer des substances qui stimuleront les défenses immunitaires de l’organisme, afin de lutter contre l’allergie. Des récentes études montrent que sous-protocole d’accoutumance, la qualité de vie du patient s’altère. D’autres effets indésirables peuvent survenir. En revanche, il est important d’avoir à votre portée tous les traitements aux symptômes d’allergie à l’arachide. Le patient ayant des manifestations sévères doit avoir, constamment sur lui, une trousse d’urgence qui comprend un antihistaminique, une seringue d’adrénaline pour une auto-injection et un bronchodilatateur. Les traitements d’une allergie aux arachides ne sont que symptomatiques. Vous pouvez utiliser des corticoïdes ou des antihistaminiques. En cas d’une manifestation cutanée, on n’a qu’à appliquer un corticostéroïde local. Pour un sujet plus sensible, un stylo d’adrénaline lui est délivré pour un traitement d’urgence en cas d’un choc anaphylactique. Toutefois, le meilleur traitement est l’éviction des allergènes. Cela consiste à supprimer toutes les traces d’arachide dans la nourriture du patient allergique. L’arachide fait partie des allergènes à déclaration obligatoire. Avant de s’approvisionner, lisez soigneusement les étiquettes de la composition de chaque produit alimentaire.

Les mesures à prendre pour prévenir les allergies aux arachides

La prévention d’une allergie à l’arachide consiste, premièrement, à reconnaître les premiers indices de la maladie tout en éduquant le patient et ses entourages, afin d’éviter toute ingestion accidentelle d’arachide. Afin de repérer la composition d’un produit alimentaire, vérifiez bien l’étiquetage pour s’assurer qu’il ne contient pas d’arachide. Évitez de fréquenter des endroits à risque, comme les glaciers, la pâtisserie ou les bars. Une contamination pourrait se produire si le matériel employé pour préparer les plats contient des arachides et insuffisamment nettoyé. Pour plus de précautions, un grand nombre de malades s’abstiennent de l’huile d’arachide, même hautement raffinée et bien qu’elle ne présente aucuns résidus protéiques. En outre, l’huile pressée à froid contient des protéines, qui peuvent déclencher certainement, des réactions allergiques. Des suivis réguliers du patient sont indispensables. Seuls vingt pour-cent des enfants qui sont victimes des allergies aux arachides surpassent la maladie en grandissant. De plus, il faut se préparer au fait que quelques cas d’allergie ne se guérissent jamais.